Deuxième du Grand Prix des Etats-Unis ce dimanche, Lewis Hamilton (Mercedes) a validé à Austin le sixième titre de champion du monde de sa carrière. A 34 ans, le pilote britannique n’est plus qu’à un sacre du record absolu de Michael Schumacher. 

L’éclosion de Charles Leclerc et son duel, au sein même de Ferrari, avec son coéquipier Sebastian Vettel, mais aussi les coups d’éclat de l’insolent mais bourré de talent Max Verstappen ou encore la résistance de Valtteri Bottas auront certes animé un championnat du monde de F1 finalement plaisant. Mais le constat reste le même: Mercedes domine de la tête et des épaules et Lewis Hamilton gagne. 

Le pilote britannique a validé ce dimanche, lors du Grand Prix des Etats-Unis à Austin, le sixième titre de champion du monde de sa carrière. Après avoir échoué à plier l’affaire à Mexico, le désormais sextuple champion du monde devait a minima terminer dans le top 8 en cas de victoire de son coéquipier Valtteri Bottas, qui devait absolument s’imposer pour entretenir un semblant de suspense. L’Anglais a terminé 2e, derrière le Finlandais. 

Mercedes sans vrai rival

Sacré pour la première fois en 2008 chez McLaren-Mercedes, Lewis Hamilton poursuit un règne presque sans partage sur les pistes de Formule 1. Egalement titré en 2014, 2015, 2017 et 2018, il symbolise aussi la suprématie de Mercedes, déjà assuré de la couronne mondiale chez les constructeurs depuis trois semaines. Le voici à seulement une longueur du record absolu de la légende Michael Schumacher, titré à sept reprises.

Dans un entretien à Reuters, le patron de son écurie Toto Wolff voyait justement dans la lutte à distance avec Michael Schumacher un “potentiel nouvel objectif” et un défi “excitant”. Rendez-vous est déjà pris. 

Déjà sacré au même stade les deux années précédentes

Avant le départ du Grand Prix du Mexique, la course précédente, le Britannique jouait l’esquive face à la presse. “Je ne pense absolument pas au championnat, assurait-il. Je suis vraiment focalisé sur la façon dont je peux gagner la course. En faisant le travail, cela sera inévitablement une étape de plus. L’objectif (sur cette course), c’est le podium. Mais je vais évidemment essayer de gagner.” Le discours était le même à Austin ce week-end. “Je n’en fais pas une course particulièrement importante. Mon approche sera la même”, assurait-il.

Il n’y avait pas de quoi s’affoler, avec ses 74 points d’avance sur Valtteri Bottas avant le départ du Grand Prix des Etats-Unis. Alors qu’il reste encore deux courses à disputer (Brésil et Abu Dhabi), Lewis Hamilton entretient un début de tradition: il avait déjà validé ses deux titres précédents au même stade lors des deux saisons précédentes.

Source : https://rmcsport.bfmtv.com/f1/gp-des-etats-unis-hamilton-sacre-champion-du-monde-de-f1-pour-la-sixieme-fois-1794972.html